Le pays de Montreuil

On a souvent assimilé le pays de Montreuil au Boulonnais. Pourtant, cet arrondissement possède bien une spécificité. Et pas seulement par cet habitat campagnard plus dispersé, par ce paysage boisé entrecoupé de fossés ou par ces plages à perte de vue du sud de la Côte d’Opale.

Cette région sans grande ville semble en effet vivre d’un seul élan, portée par les rivières qui rejoignent la Canche, qui elle-même se jette dans la mer. Car, si l’on excepte la frontière picarde, où le bassin de l’Authie est d’ailleurs similaire, la plupart des villages du pays de Montreuil vivent autour de ces rivières, comme la Ternoise, la Planquette, la Créquoise, le Bras-de-Bronne, la Bimoise, la Course, la Dordogne ou le Huitrepin. À cet égard, le pays de Montreuil se rapprocherait même plus du Ternois que du Boulonnais.

Mais, il y a la mer. Ces endroits rêvés qui reposent les malades à Berck et font courir les biens portants au Touquet. Et, trop souvent, des gens des mines ou de la métropole viennent sur la Côte d’Opale en dédaignant l’arrière-pays. Ceux-là mériteraient de s’arrêter quelque temps à Hesdin, à Montreuil ou dans les vallées voisines. Ils auraient sûrement une autre idée de ce pays parsemé de bonnes auberges.

Sous-pages :

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×